Le Grand Paris est un projet visant à transformer l’agglomération parisienne en une grande métropole mondiale et européenne du XXIe siècle, afin d’améliorer le cadre de vie des habitants, de corriger les inégalités territoriales et de construire une ville durable.

Le projet du Grand Paris mené par le gouvernement de François Fillon, et plus spécialement par Christian Blanc, alors secrétaire d’État chargé du Développement de la région capitale, a proposé la création de pôles économiques majeurs autour de Paris, ainsi que la création d’un réseau de transport public du Grand Paris performant qui relierait ces pôles aux aéroports, aux gares TGV et au centre de Paris.

La Société du Grand Paris est un établissement public chargé de créer un nouveau métro automatique (« Grand Paris Express », 200 km de voies et 75 gares, évalué à 32,5 milliards d’euros2) dans la banlieue parisienne (voir ci-dessous « Projet de Christian Blanc »). En outre, le projet prévoit la création du cluster technologique Paris-Saclay dans la région du plateau de Saclay, à vingt kilomètres au sud de Paris.

Le projet est aussi institutionnel. Il s’agit de créer une structure de gouvernance entre Paris et son agglomération dense, la métropole du Grand Paris, qui devrait regrouper, aux termes du projet de loi de « modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles » adopté par le parlement en décembre 2013, les communes de Paris, des départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne et certaines communes des départements de la grande couronne parisienne. La création de cette métropole à statut particulier est prévue le 1er janvier 2016, date à laquelle sera remplacé l’ensemble des communautés de communes et communautés d’agglomération concernant ces communes par des « territoires » du Grand Paris, sans autonomie juridique ni fiscalité propre.

 

L’émergence d’un projet pour le Grand Paris

La consultation internationale « Le Grand Pari(s) »

Exposition intitulée « Le Grand Paris de l’agglomération parisienne », à la Cité de l’architecture et du patrimoine du 30 avril au 22 novembre 2009.

Le 26 juin 2007, lors du discours d’inauguration du satellite S3 de l’aéroport de « Roissy-Charles-de-Gaulle », Nicolas Sarkozy annonce l’intention de l’État de développer une vision globale d’aménagement pour la région Île-de-France.

Il propose une réorganisation des pouvoirs, Paris étant la seule agglomération de France à ne pas avoir de communauté urbaine. Le 17 septembre 2007, lors du discours d’inauguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine, il propose de réfléchir à un nouveau projet d’aménagement global du Grand Paris pour la région parisienne. Il annonce son intention de lancer une consultation architecturale internationale pour « travailler sur un diagnostic prospectif, urbanistique et paysager, sur le Grand Paris à l’horizon de vingt, trente voire quarante ans. »

Le 4 juin 2008, dix équipes internationales d’architectes se sont vu confier la tâche, par Nicolas Sarkozy, de réfléchir à un « projet d’exception » pour l’avenir de Paris dans le cadre d’une consultation multidisciplinaire intitulée « Le Grand Pari(s) ». Les dix équipes retenues sont les équipes de Richard Rogers, Yves Lion, Djamel Klouche, Christian de Portzamparc, Antoine Grumbach, Jean Nouvel, Studio 08, Roland Castro, LIN Finn Geipel Giulia Andi et MVRDV. La consultation est placée sous la responsabilité d’un « comité de pilotage » formé par 14 représentants des ministères, de la région Île-de-France, de la ville de Paris et des maires d’Île-de-France.

Les propositions des architectes ont fait l’objet d’une exposition intitulée « Le Grand Paris de l’agglomération parisienne », à la Cité de l’architecture et du patrimoine du 30 avril au 22 novembre 2009.

 

L’Atelier international du Grand Paris

Le 10 février 2010, Bertrand Lemoine, architecte et ingénieur, directeur de recherche au CNRS, a été nommé au poste de directeur général de l’Atelier international du Grand Paris, qui fédère aujourd’hui les équipes d’architectes au sein d’une structure permanente. Le rôle de l’Atelier international du Grand Paris est de poursuivre la production d’idées et de propositions sur le Grand Paris, de faciliter les coopérations entre acteurs de la métropole et de promouvoir le débat public.

Il a recensé quelque 650 projets en cours sur le Grand Paris et poursuit l’inventaire des « mille lieux » du Grand Paris. Son conseil scientifique rassemblait initialement les dix équipes pluridisciplinaires ayant participé en 2008-2009 à la consultation internationale sur « le Grand Pari de l’agglomération parisienne ». Il réunit aujourd’hui quinze équipes pluridisciplinaires menées par des architectes-urbanistes, recrutées en 2012 à la suite de l’organisation d’une nouvelle consultation internationale.

Son conseil d’administration rassemble depuis juin 2011 des représentants de l’État (ministères de l’Égalité des Territoires et du Logement, de la Culture et de la Communication, Préfet de Paris et de l’Île-de-France) et des représentants de la Ville de Paris, de la région Île-de-France, de l’Association des maires d’Île-de-France (AMIF) et de Paris Métropole. Pierre Mansat, adjoint au maire de Paris chargé de Paris Métropole et des relations avec les collectivités territoriales d’Île-de-France est président du conseil d’administration de l’AIGP.

L’Atelier international du Grand Paris s’inscrit dans une démarche transversale. Il conduit et met en œuvre des actions de recherche, de développement, de valorisation et d’animation des réseaux de professionnels du cadre bâti. Il s’attache à favoriser le dialogue et la concertation entre tous les acteurs concernés du Grand Paris. Il constitue un lieu d’expérimentation, de création et de débat.

Après ses travaux sur la mobilité à l’automne 2010, dans le cadre des débats publics sur les projets de transport dans la région parisienne, et qui ont contribué de manière déterminante à aboutir en 2011 à une synthèse sur les transports publics dans le Grand Paris, l’Atelier continue, tout en veillant à garder une vision globale et prospective sur le devenir du Grand Paris, à poursuivre ses réflexions en lien avec de nombreux partenaires sur différentes problématiques transversales : questions culturelles, transformations des territoires, avis sur les contrats de développement territorial, évolution des règles d’urbanisme, programme de recherche sur « la ville au prisme de l’énergie », processus de révision du schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF), intensité urbaine, espaces ouverts et agriculture, quartiers de gares, etc.
Son conseil scientifique poursuit une série d’études sur deux thèmes. « Habiter le Grand Paris » répond aux ambitions affichées d’augmenter très significativement le volume de logements neufs dans la métropole parisienne, de rééquilibrer habitat et emplois sur le territoire du Grand Paris et de faire du logement un outil essentiel du développement urbain et de l’égalité des territoires. Ces études ont été livrées fin mars 2013.

« Systèmes métropolitains » interroge la métropole à l’aune de ses différentes échelles, de la ville-monde à la structuration des bassins de vie et des pôles de centralité, des flux et des réseaux, pour dessiner une physiologie, un caractère, un récit propre au Grand Paris.

Loading